13 juin, 2014

Religion et culture

Classé dans : Philosophie en Tunisie — taharbenguiza @ 6:24

AFFICHAGECOLLOQUEPHILABDepuis la Révolution du 17 décembre-14 janvier 2011, des pressions et revendications d’ordre religieux se font sentir accordant de la sorte à « l’islam » une primauté dans les débats politiques et sociaux. Si au cours de cette Révolution aucun slogan religieux n’a été brandi, les défenseurs de la charia ont, peu à peu, pris le devant de la scène. Simultanément, les agressions contre les artistes et les journalistes n’ont jamais été aussi virulentes. Souvent, les défenseurs de la sécularisation et de la modernité sont présentés comme des « athées occidentalisés » (et donc dénués de patriotisme), « manquant de morale » et parfois même ils sont considérés par les plus radicaux comme des personnes « dangereuses » pouvant nuire à l’harmonie de la société d’essence islamique.

Les prêcheurs venus des pays du Golfe attirent les masses en propageant un discours qui fait de l’Occident et de ses valeurs un danger imminent pour l’identité musulmane. L’élite intellectuelle et artistique est prise pour cible par un discours populiste qui renforce l’inculture. La religion musulmane qui, durant des siècles, était en connexion étroite avec la culture, semble aujourd’hui faire de la culture un problème. Tout se passe comme si la culture ne pouvait avoir un sens qu’à la condition d’obéir aux codes religieux, et que la pureté de la foi ne saurait être sauvée que par son opposition à la raison et à ses œuvres « païennes ». C’est alors « la sainte ignorance » (Roy, 2008) qui s’établit comme un modèle de vie corroborée par une «ignorance structurelle et institutionnalisée» (Arkoun, La question éthique et juridique dans la pensée islamique, 2010,139) qui fait de l’école un lieu d’inculture et de désaveu des acquis du progrès et de l’esprit critique.

 Que peut dire la philosophie dans une telle situation ? Son rôle est de mettre en perspective et de dépasser l’opposition simpliste entre savoir et croyance, en s’efforçant de repenser les rapports entre la religion et la religiosité, la religion et la laïcité, la religion et la morale, la foi religieuse et la culture civique. Plusieurs questions se posent alors : croire implique-t-il de renoncer à l’exercice de la raison ? La religion aurait-elle vraiment avantage à museler tout esprit critique? L’autorité des commandements religieux doit-elle primer sur la loi civile ? Une morale sans référence théologique est-elle impossible ? L’enjeu du débat se veut à la fois épistémologique (il concerne le statut des « vérités », qu’elles soient celles de la science ou de la Révélation), politique, moral, et religieux. Il nécessite de s’interroger sur la manière dont ces différentes dimensions sont intriquées.

Tahar Ben Guiza

 

Comité d’organisation :

-      Tahar Ben Guiza : Université de Tunis

-      Amin Ben Khaled : Université de Tunis

-      Gerhard Weinberger : Philosophe, Ambassadeur d’Autriche

-      Omezzine Ben Chikha : Université de Carthage

-      Paul Rateau : Université Paris I

-      Meryem Sellami :  Université de Tunis

JOURNÉE DOCTORALE du PHILAB

19 juin 2014 – 9.30 salle Garmadi FSHST

Coordinateur Mahdi Bel Haj Mabrouk

Participants : Noureddine Mezrigui, Rania Guoil, Azza Nejm, Mekdad Abbes, Hassen Kilani, Hichem Wertatani, Soumeya Bidouh, Adel Hablani, Salma Belhaj Mabrouk, Kerima Briki,

Kais Tria, Faouzi Gdhafi

COLLOQUE

Bibliothèque Nationale, salle des conférences, 1er étage

Vendredi 20 juin 2013

8.30 : Ouverture du colloque « Religion et Culture »

Allocution du Président du Philab : Tahar Ben Guiza

Allocution du Directeur Général de la Bibliothèque Nationale : Mohamed Kamaleddine Gaha

Allocution du Doyen de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis : Noureddine Kridis

Allocution du Recteur de l’Université de Tunis : Hmaid Ben Aziza

 

9.00 – 9.30 : Conférence d’ouverture

Fathi Meskini : Religion et Reconnaissanceالدين والاعتراف

Première séance : « Problématiques et investigations »

Présidence : Fathi Triki

 

9.30 – 10.30

  • Paul Clavier : Croyance et rationalité
  • Meryem Sallami : La fiction de l’identité islamique pure, malaise de la civilisation contemporaine
  • Hamadi Rdissi : Le sacré et la liberté

10.30 – 11.00 : Discussion

11h – 11.10 : Pause-café

 

Deuxième séance : « Religion et sociétés »  

Présidence : Abdelmajid Charfi

 

11.10 – 12.30

  • Adonis El Akra : Le Liban, la société et la constitution : du contrat divin au contrat humain  « لبنان المجتمع والدستور: من العقد الإلهي الى العقد المدني « 
  • Javier Socias Baeza : Le fait religieux en Amérique Latine hier et aujourd’hui
  • Amin Ben Khaled : Islam païen, culture monothéiste : regards sur la société tunisienne  

 

12.30 – 13.00 : Discussion

13.00 : Déjeuné

Troisième séance : « Religion et raisons » 

Présidence : Abdessatar Sahbani

 

15.00 – 16.20

 

  • Alexandre Moatti : Alterscience : les mécanismes d’instrumentalisation de la science dans les dogmes ou idéologies
  • Mounir Tibaoui : Le problème du libre arbitre dans la philosophie de la religion analytique : Frankfurt critique de Van Inwagen
  • Hamdi Mlika : Pourquoi les logiciens musulmans classiques sont-ils un modèle de pensée pour nous contre l’intégrisme religieux ?
  • Salsabil Klibi : Liberté de conscience, liberté religieuse et libre exercice du culte, la nouvelle constitution tunisienne entre gestion du for intérieur et gestion de l’espace public

 

16.20 – 16.40 : Discussion

16.40 – 17.00 : Pause-café

 

Quatrième séance : « Religion et fait religieux »

Présidence : Abdelhamid Hénia

 

17.00 – 18.20  

  • Abdelrazak Bennour : In-cultes
  • Yacine Zouari : Islam et laïcité. Pour un enseignement culturel des religions dans les écoles publiques tunisiennes
  • Tahar Ben Guiza : Le retour du religieux, quel rôle peut jouer l’éducation ?
  • Phinith Chanthalangsy : Eduquer pour rester dans le « siècle » ou pour en sortir ?

 

18.20 – 18.40 : Discussion

Samedi 21 juin 2014

 

Cinquième séance : « Religion et philosophies »

Présidence : Hassen El Annabi

 

9.00 – 10.00

 

  • Paul Rateau : Morale et religion chez Leibniz
  • Gerhard Weinberger : Le Dieu de Levinas dans le contexte de rupture entre religion et culture
  • Peter Engelmann : La crise des Lumières européennes au XXe siècle et la déconstruction 

10.00 – 10.30 : Discussion

10.30 – 10.50 : Pause-café

 

Sixième séance : « Religion : frontières et horizons »

Présidence : Chokri Mabkhout

 

10.50 – 11.50

  • Omezzine Chika : La religion ou l’art ? Que m’est-il permis d’espérer ? الدين أم الفنّ ؟ أو  » ماذا يمكنني أن آمل ؟
  • Salah Mesbah : Religion naturelle et religion civile  الدين الطبيعي والدين المدني
  • Khedija Ksouri : La religion dans les limites de l’Humanité

 

11.50 – 12.10 : Discussion

Conférence de clôture 

12.10 – 12.40

Mohamed  Mahjoub

الوجود والكينونة : من أنتولوجيا الوجود إلى أنتولوجيا الأمر. هل قدر الفلسفة أن تكون عندنا ما بعد- دين ؟

De l’ontologie de l’Être à l’ontologie du Commandement. Le destin de la philosophie est-il de n’être chez nous qu’une méta-Religion

Rapporteur du colloque : Zina Al Mir

 

 

 

Larme de Rêve |
CREATION Thi_Hanh |
fgaulierpeintures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | benoit-basset
| Artistes du Finistère / Les...
| Bandiniland